L’Orgue italien à Belfort

L’Orgue italien à Belfort

L’école italienne à l’église Ste-Odile – atelier Gérald GUILLEMIN

Buffet peint et doré, Ripieno et jeux Da Concerto, l’orgue de Gérald Guillemin est conçu pour des concerts très « italiens ».

Construit en 1979, cet instrument s’inspire en droite ligne de l’orgue italien classique, par son esthétique sonore et par son buffet peint, doré, avec la façade plate en mitres, plates-faces et corniches. Comme ce type d’orgue que l’on construisait au 17ème siècle, il comprend un minimum de jeux vraiment indispensables que l’on peut grouper en deux catégories : les jeux de Ripieno (plein jeu) et les jeux Da Concerto (de concert). À première vue, cet ensemble peut paraître limité devant l’importance de bon nombre d’orgues français de l’époque, mais en réalité il est tellement cohérent et parfait qu’il se suffit à lui-même. Les facteurs d’orgues italiens garderont ce modèle à peu près intact (tout en l’aménageant un peu) jusqu’à notre siècle, contrairement à d’autres écoles. 

L’instrument possède un seul clavier et un pédalier en tirasse. Diapason A=440Hz, tempérament de type mésotonique. 

Girolamo FRESCOBALDI – Dernier verset du Kyrie avec le Ripieno, Jean-Charles ABLITZER
Girolamo FRESCOBALDI – Toccata avanti la messa de la Madona, Jean-Charles ABLITZER
Girolamo FRESCOBALDI – Toccata per l’Elevazione, Jean-Charles ABLITZER